LES PAYS CELTES
Vous allez adorer l’Irlande, l’Ecosse et le Pays de Galles avec Alainn Tours !

A Belfast, il convient de se balader le nez levé, enfin presque… c’est que les fresques d’Irlande du Nord constituent ici une attraction touristique internationale ; ceci depuis la fin du conflit armé et les accords de paix du Vendredi Saint (1998).

Des milliers de visiteurs arpentent chaque année le quartier-ouest de la capitale Belfast en « Black Taxi », ainsi que le quartier du Bogside de Derry / Londonderry rendu tristement célèbre lors du fameux Bloody Sunday.

Devis en 24 heures

1- Lorsque l’art, la religion et la politique s’entremêlent

Comme de nombreuses villes d’Irlande du Nord, Belfast possède de multiples fresques murales, peintes sur les maisons de quartiers catholiques et protestants.

Ces murs témoignent à leur façon, du passé trouble de la ville, en illustrant les conflits d’antan et les frustrations des générations successives.

Solidarity pows, fresque Belfast

Il faut savoir que la première fresque murale – qui témoignait de la victoire de Guillaume III d’Angleterre sur Jacques II au cours de la bataille de la Boyne – fit son apparition à Belfast sur Beersbridge en 1908.

Guillaume III y apparaît sur un cheval blanc, l’air fier et victorieux comme le souhaitaient les membres de l’Ordre Orangiste (protestants) désireux d’humilier les catholiques défaits à la Bataille de la Boyne. Inutile de sortir les armes, le choc des pinceaux et des images fit son effet…

En 1960 l’Irlande du Nord connue une période de troubles graves provoquant la mort d’hommes, de femmes et d’enfants innocents.

Les fresques crées à la nuit tombée exprimèrent la radicalisation de nombreux groupes tels que l’IRA (catholiques) ou encore l’UVF (Ulster Volunteer Force) (protestants).

Belfast, fresques UVF

Dans les années 80, la lutte nord-irlandaise vit l’émergence de nouveaux héros parmi lesquelsle célèbre Bobby Sands (IRA) qui organisa une grève de la faim dans les H-blocs de sa prison de Maze. Malheureusement pour lui, l’Angleterre et Margaret Thatcher - dénommée la Dame de fer à l’époque - ignorèrent sa démarche, et Bobby mourut seul après 60 jours de jeûne douloureux. Les fresques murales se multiplièrent en l’honneur du jeune martyr...

Belfast, fresque Bobby Sands

Aujourd’hui, certaines de ces peintures sont en danger et pour certains militants comme Danny Devenny - peintre muraliste nationaliste - « effacer ces témoignages serait comme raser Auschwitz ».

« Les fresques font partie de notre patrimoine et sont importantes pour que les générations futures et les visiteurs étrangers qui viennent à Belfast comprennent cette histoire. Effacer ces fresques, ce serait comme raser Auschwitz.
Les peintures murales sont apparues à un moment où les Britanniques contrôlaient les médias. Nous avions besoin de nous faire entendre alors que les soldats britanniques nous tiraient dessus. C’est un mythe de croire que les peintures démarquaient un territoire. La fresque Free Derry Corner par exemple, a été peinte après que la police royale de l’Ulster eut assiégé cette communauté. Ce n’était pas vraiment hostile, le message disait simplement : nous sommes libres et vous êtes les bienvenus ! Nous ne sommes pas des ogres ».
- D.Devenny -

2- Une inspiration pour le monde

1990 marque le tricentenaire de la Bataille de la Boyne et la multiplication des fresques à Belfast. Même si certaines n’existent plus ou que d’autres ont subi des dommages, on estime qu’environ 1400 fresques ont été réalisées depuis 1996 entre les villes de Belfast et Derry.

Très vite, certaines œuvres sont devenues célèbres dans le monde entier et l’art pictural Nord Irlandais a commencé à s’exporter aux États-Unis, ou en Europe...

Depuis, de nombreuses associations et collectifs s’organisent pour veiller à la protection de ses œuvres d’art murales. Certaines sont restaurées, tandis que d’autres sont plus éphémères ; de nouveaux tags et graffitis réalisés par de nouveaux artistes continuent de se répandre en tout cas...graffeurs et taggeurs, reprennent la bombe de couleurs en main et arpentent les rues des villes d’un pas plus nonchalant, la cagoule ou le bonnet toujours vissés sur la tête. Ils tentent de se faire un nom, une cote artistique parfois…

Street art Belfast

3- Qui se cachent désormais derrière ces œuvres ?

Prince, fresque Belfast

A tribute to Prince and George Michael, de Glen Molloy, Belfast

Après les nombreuses guerres et polémiques entre 1969 et 1998, les nouveaux artistes de rue nord irlandais ont décidé de donner un nouveau visage à la ville.

Glen Molloy, un ancien DJ au chômage et désormais artiste , considéré comme le Banksy de Belfast en référence avec l’artiste britannique, explique : « Je me suis dit qu’il fallait faire en sorte que la ville change complètement de visage, que ce soit différent de ce à quoi elle ressemblait pendant la guerre, quelque chose de brillant, de plus joyeux auquel les gens pourraient s’identifier plutôt que se sentir agressés. »

Si la plupart des artistes se prétendent apolitiques, leurs peintures ne sont pas dénuées de messages comme celui d’Adam Turkington, un créateur et organisateur de festivals de Street-Art :« C’est un peu le bordel, il y a beaucoup de colères sous-jacentes ici, beaucoup de gens qui sont contre les dirigeants et qui l’expriment à travers le street-art ».

4- Existent-il des circuits pour les voir ?

Pour admirerces oeuvres urbaines et quelle que soit la technique utilisée, le plus simple est de commencer par Library Square et filer à travers Dunbar Street / Talbot Street / Exchange Street / Exchange Place / High Street Court / Commercial Court / Donegall Street / Lower Garfield Street / Bank Street / Kent Street / Union Street / Hill Street / Church Street / Gresham Street / North Street / Unity Walk…

Et surtout, de ne pas hésiter à se perdre en chemin pour se réserver l’effet de surprise !

Street art, Belfast

Cet article a été écrit par

Jennifer Therond

Conseillère voyages Alainn Tours
Spécialiste Circuits Individuels Ecosse

Laissez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Laissez une ligne vide ("Sautez une ligne") pour créer un paragraphe.

Pourquoi choisir Alainn Tours pour voyager dans les Pays Celtes ?

Partagez cette page!