LES PAYS CELTES
Vous allez adorer l’Irlande, l’Ecosse et le Pays de Galles avec Alainn Tours !

Dans le ciel des îles Hébrides en Ecosse, il y a des oiseaux, mais pas que…il y a aussi des aurores boréales d’exception. Une occasion unique d’aller observer la Milky Way, une barre chocolatée remplie de petits points lumineux, avec des pluies d’étoiles filantes qui traversent l’horizon…

Demandez un devis

Les Hébrides Extérieures

Pour vous y retrouver, c’est bien simple : Les Hébrides sont situées à l’ouest de l’Ecosse, les îles de l’intérieur sont à proximité des côtes [de Gigha à Skye], tandis que celles de l’extérieur sont les plus éloignées [Lewis et Harris, North Uist, South Uist etc.].

Calanais Standing Stones, Ile Lewis, Hébrides, Ecosse
Crédits photo: Visit Scotland

Non contentes d’être isolées et sauvages, d’êtres le réceptacle d’une culture gaélique encore tenace, elles ont aussi la particularité d’avoir les cieux les plus sombres du Royaume-Uni.

Aurore Boréale, Ile de Mull, Ecosse

C’est qu’ici voyez-vous, on est bien loin de la pollution lumineuse de nos villes, et que la plupart du temps, les moutons y sont plus nombreux que les humains.
Découvrez notre circuit dans les Hébrides Extérieures

Le Festival des aurores boréales

Parmi les évènements marquants de l’hiver 2020 qui se tiendront dans ces îles du bout du monde, on peut noter les aurores boréales qu’il sera possible d’observer en particulier durant le « Festival des aurores boréales » du vendredi 7 février au samedi 22 février sur l’île de Lewis.

Car il n’y a pas que dans les pays nordiques ou dans les îles Shetland au Royaume-Uni que l’on peut contempler ce merveilleux spectacle hivernal, en Ecosse aussi et depuis la nuit des temps !

Aurore Boréale, Bute, Ecosse
Crédits photo: © Strength via visualhunt.com

Pour une description plus technique, nous vous invitons à consulter cet article rédigé par notre confrère Hervé, conseiller voyages chez Alainn Tours qui a eu le privilège d’assister à l’une de ces aurores boréales.

Les aurores boréales amènent l’univers au plus près de nous, il suffit d’être au bon endroit au bon moment pour s’envoler vers la galaxie de la voie lactée et la Nébuleuse d’Orion à 1500 années-lumière de là.

Le « Festival des aurores boréales » qui se tiendra à Lewis, aura la particularité - pour la seconde année consécutive – de mixer à la fois l’observation du DARK SKY avec celui du cinéma, de la musique et du théâtre. Quoi de plus émouvant effectivement que de mirer la galaxie d’Andromède en écoutant la 5ème symphonie de Beethoven ou le Boléro de Ravel, emmitouflé chaudement dans sa polaire.

Et qui n’aura pas vu encore les films « Polaris » ou « Contact » n’aura aucune excuse, ces grands classiques seront rediffusés durant le festival.

Pas étonnant dans ces conditions que ces îles un tantinet sauvages - et à la population clairsemée - aient inspiré de nombreux auteurs à succès comme Peter May, né le 20 décembre 1951 à Glasgow. Journaliste, scénariste et réalisateur pour la télévision britannique, il est connu en Angleterre pour sa fameuse trilogie écossaise publiée entre 2008 et 2011 : « L’île des chasseurs d’oiseaux », « L’Homme de Lewis », « Le Braconnier du lac perdu »,

Mégalithes de Callanish - Ile de Lewis

« …En rupture de ban avec son passé, l’inspecteur Fin McLeod, meurtri par la disparition tragique de son fils unique, est de retour sur son île natale où, chaque année, une douzaine d’hommes partent en expédition à plusieurs heures de navigation pour tuer des oiseaux nicheurs… ».

La faune des Hébrides

Et voici de quoi rebondir sans coup férir sur une autre spécificité de ces îles Hébrides extérieures justement - toujours en lien avec le ciel et pour des raisons sensiblement identiques : l’omni présence d’une faune à plumes extrêmement dense et souvent rare

N.D.R - Dans le ciel, en dehors des aurores boréales, les îles Hébrides un tantinet solitaires vous l’aurez compris, constituent un paradis - sur terre - pour nos amis à plumes. Les ornithologues - de tout poil - y accourent de partout. Facile nous direz-vous, mais quel plaisir de laisser divaguer - sa plume - pour continuer ce récit…

Oiseau Fou de Bassan

Mais revenons à nos moutons - ou plutôt à nos oiseaux - que l’on retrouve donc en nombre au nord des Hébrides.

…Après la grande famine, et sur certaines îles désolées, les derniers habitants s‘en sont allés ; la chair tendre des jeunes fous de Bassan *, le hareng et le ragoût de mouton n’y suffisant plus, ils décidèrent de prendre la poudre d’escampette et de laisser la place toute entière aux phoques, moutons (devenus) sauvages et volatiles en tout genre.
*gugas en gaélique

Phoque dans le port de Lerwick, îles Shetland
Crédits photo: VisitScotland

Fous de Bassan, Guillemots de Troïl, Mouettes tridactyles, Sternes arctiques et Pétrels à culs-blancs s’élancent à présent gaiement sur la crête des vagues, piquant du bec tels des bombardiers légers dans l’écume salée. C’est que les oiseaux des Hébrides sont à l’origine d’un jeu endémique appelé jump bombing ! Enfin, il nous semble…

Mais c’est bien avant l’arrivée de l’hiver que ces colonies d’oiseaux s’en seront allés, s’élançant peut être même jusqu’aux étoiles. Vous souriez, mais qu’en savez-vous ? Allez, laissons tomber pour une fois notre obsession de toujours vouloir éclairer les choses… Eteignons la lumière pour y voir plus clair.

Cet article a été écrit par

Hervé ROUXEL

Conseiller Voyages Alainn Tours & Collaborateur
Spécialiste Circuits Individuels Sur Mesure, Ecosse et Pays de Galles

Laissez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Laissez une ligne vide ("Sautez une ligne") pour créer un paragraphe.

Pourquoi choisir Alainn Tours pour voyager dans les Pays Celtes ?

Partagez cette page!