LES PAYS CELTES
Vous allez adorer l’Irlande, l’Ecosse et le Pays de Galles avec Alainn Tours !

Ce régiment d’infanterie baptisé Atholl Highlanders, n’est pas rattaché à l’armée britannique, il s’agit d’une armée privée à l’usage du Duc de Murray dont le fief historique est basé en Ecosse dans les Highlands.

Cette armée est légalement reconnue par l’Europe, un privilège de super riche nous direz-vous, hérité du temps ou les nobles pouvaient exhiber leurs milices comme on exhibe aujourd’hui son yacht ou son écurie ?

Mais pas si vite, avant de juger, voyons plutôt ce qu’il en est …

Demandez un devis

Les nobles d’épée ont toujours eu pour obligation – en échange de terres et de généreux privilèges – de soutenir leur suzerain. Ce sont eux qui, à leur frais, devaient armer la soldatesque et qui, au premier coup de sifflet, accourait ventre à terre pour lutter aux côtés du roi ou assimilé.

En Ecosse et jusqu’au milieu du 18ème siècle, le système de clans imposait d’obéir de la même manière à un chef.

La dynastie des ducs d’Atholl qui créa le régiment des Atholl Highlanders, s’est épanouie sur près de 20 générations dans les Highlands et a pris ses racines dans les terres de Moray. Chaque duc fut ensuite désigné sous le nom de Duc de Murray.

00. "Atholl's Highlanders" - Blair Castle, Ecosse
Crédits photo: © Paul tompkins Visit Scotland -Scottish Viewpoint


L’actuel chef de clan, Bruce Murray (né en 1960), est le 12ème duc d’Athol
l, il a succédé à son père John Murray, décédé en Afrique du Sud à l’âge de 83 ans.

Une armée privée d’opérette

La formation du régiment remonte à l’époque de ces clans et sa présence est attestée lors de la célèbre bataille de Culloden durant laquelle les écossais se firent déculotter par les armées anglaises en 1746.

Bataille de Culloden
Crédits photo: Visit Scotland

Certains y verront une armée d’opérette équivalente à celle de la garde suisse pontificale, un pur anachronisme cher aux lecteurs du magazine Point de Vue, spécialisé dans l’actualité du gotha et de l’aristocratie.

Pourtant, lors du défilé annuel qui a lieu le dernier week-end de Mai à Blair Castle, qu’ils sont orgueilleux ces fantassins en kilt et tartan, le pompon accroché à la chaussette, oscillants au rythme de la cornemuse, des fifres et des tambours !

Kilt et Cornemuse en Ecosse
Crédits photo: Visit Scotland

Cette parade menée par une centaine d’hommes est un symbole  : celui de l’ordre, de la rigueur, de l’esprit de corps qui animait les anciens clans contre l’ennemi anglais. Les touristes - écossais ou non - qui assistent à ce spectacle « baroque » ne pipent d’ailleurs pas mot et l’on sent beaucoup de respect dans leurs regards.

Et si la moyenne d’âge dans les rangs de cette troupe paraît élevée, la cuisse reste néanmoins ferme et le pas martial. C’est un honneur de faire partie de ce régiment d’infanterie où il faut être coopté pour entrer. Les femmes bien sûr n’y sont pas autorisées, même en kilt et escarpins à bouclettes.

Tous les jours en haute saison, un Piper accueille les visiteurs à l’entrée du château.

Tartan, cornemuse
Crédits photo: Unsplash

Qui a eu quelques couacs (discordances)

Les Atholl Highlanders se sont illustrés au cours des siècles - et pas toujours de brillante façon : le 4ème Duc du nom expédia par exemple manu militari quelques milliers d’hommes en Irlande pour soutenir la cause de la Couronne (l’Irlande était encore rebelle à l’empire). Sans doute espérait-il pouvoir les jeter dans une mêlée glorieuse et en retirer quelques gloires, mais las, rien ne se passa comme prévu.

La troupe fut rapatriée à Portsmouth pour rejoindre des bataillons de réserve envoyés en Amérique… mais resta sur le quai.

Portsmouth, UK
Crédits photo: Unsplash

Plus tard, elle échappa une nouvelle fois à un ordre de mutation vers l’empire des Indes cette fois, de quoi rendre fou ne serait ce qu’une moitié de duc !

Les Atholl Highlanders retrouvèrent grâce aux yeux de sa Gracieuse Majesté et en particulier de la Reine Victoria, lorsque celle-ci se rendit au Perthshire en 1844 avec son époux. Le couple fut logé à Blair Castle durant 3 semaines et il est dit que chaque matin, le Prince Albert se réveillait au son de la cornemuse. La petite histoire ne nous dit pas cependant si cela était de son plein gré…

Chateau de Blair, Ecosse
Crédits photo: © J.M. Louis

Blair Castle, un château ancré dans l’histoire

Castle Blair fut au 13ème siècle une construction défensive située sur un axe stratégique qui menait à Inverness, la capitale des Highlands.

Au milieu d’une campagne paisible, il s’élève devant des collines boisées surplombant la rivière Garry et offre l’une des plus belles vues d’Écosse.

Chateau Blair, Perthshire, Ecosse
Crédits photo: Visit Scotland

Forteresse médiévale un peu froide au 13ème siècle, transformée en manoir géorgien au milieu du 19ème siècle, Blair Castle devint ensuite un beau château de style victorien. Les fortunes diverses des ducs de Murray permirent des réaménagements successifs jusqu’à la fin du 20ème siècle.

A l’heure actuelle, une trentaine de pièces sont accessibles au public avec des collections d’armes et d’armures, de très beaux meubles Chippendale, des porcelaines, ainsi qu’une magnifique salle de bal. Une balade s’impose également dans les jardins.

JPEG - 238.5 ko

On ne peut s’empêcher de penser, en parcourant la galerie de portraits de famille, aux personnages illustres qui défilèrent ici : Bonnie Prince Charles y séjourna au moment de la formation de l’armée jacobite, tout comme Mary Queen of Scots.

Durant son retour « forcé » en Ecosse, Marie Stuart voyagea de château en château un peu comme une bouteille jetée à la mer. Ses pas l’amenèrent à Blair Castle en 1564 ou elle participa à une chasse durant laquelle 360 ​​cerfs et cinq loups furent abattus. Un moment de relâchement sans doute dû au stress…

Reine Mary Stuart, Ecosse
Crédits photo: Wiipedia

Les visites au public qui ont lieu traditionnellement d’avril à octobre, furent mises en place en 1936, et Blair Castle fut l’une des premières maisons privées de Grande Bretagne à le faire.

En 1996, au décès du 10ème Duke & Earl of Atholl, l’endroit fut confié à une institution chargée de le gérer. Peut-être à la grande déception du 12ème du nom Bruce Murray resté en Afrique du sud, mais qui s’en retourne chaque mois de mai à Castle Blair mener la parade évoquée ci-dessus.

Poursuivre sa visite du Perthshire

Il serait dommage de ne pas poursuivre cette échappée belle dans les magnifiques paysages de l’ancien comté de Perthshire surnommé le « Pays des arbres géants » et qui est effectivement couvert de jardins multiples et de forêts luxuriantes.

JPEG - 523.8 ko

N.B : pour l’anecdote, le Perthshire abrite un arbre de plus de 2000 ans, l’if de Fortingal, dans le cimetière de la commune du même nom ; il est considéré comme le plus vieux d’Europe.

En partant de Blair Castle, il ne faut pas manquer de visiterl’une des distilleries du pays comme (Bell’s Blair Atholl, Edradour, Dalwhinnie) ou bien passer faire quelques emplettes de tricots en laine d’agneau ou de pulls Shetland à la Maison de Bruar.

Distillerie Blair Atholl, Perthshire, Ecosse
Crédits photo: Loic Trolay

L’endroit propose un département d’accessoires de pêche et de loisirs de plein air. Ici c’est sûr, on repart rarement les mains vides, mais les plus fauchés devront certainement s’abstenir car les prix sont à la mesure de la qualité des articles.

A partir de la charmante ville de Pitlochry, les reliefs sauvages du Glen Lyon ou du Glen Shee permettent d’alterner la balade entre vallées et montagnes ; ils ont été longuement décrits par l’écrivain romantique écossais Sir Walter Scott.

Lac Tummel, Pitlochry, Perthshire, Ecosse
Crédits photo: Craigatin House

Tous ceux qui ont des fourmis dans les jambes et soif de grands espaces apprécieront les prestations d’activités outdoor proposées par de nombreux spécialistes sur place : la pêche à la truite, la randonnée à pied ou le VTT, le rafting et le canoë en eaux vives…

La ville de Perth quant à elle, s’est développée sur le fleuve Tay et conserve de nombreux vestiges culturels ; cette ancienne capitale d’Ecosse abrite des lieux culturels renommés comme la Ferguson Gallery, le Perth Museum & Gallery et l’église St John’s ou officia John Knox.

Rivière Tay, Perth, Ecosse
Crédits photo: Julietphotography - Shutterstock

Ce contemporain de Marie Stuart alluma la mèche de la Réforme pourrait-on dire dans cette église : après un sermon bien senti, il déclencha la guerre entre l’église catholique et celle des protestants anglicans.

Enfin, et pour ceux qui voudraient encore visiter un dernier château avant de retourner prendre leur avion à Glasgow, deux options se présentent : Scone Palace au nord de Perth qui fut l’ancien site de couronnement des rois, ou Stirling Castle où naquit Jacques IV, époux de Marie de Guise et père de Marie Stuart.

Stirling Castle, Ecosse
Crédits photo: Pixabay

Depuis les créneaux de la muraille accueillant la batterie de canon, on peut voir par beau temps dans ce dernier château, le monument dressé à la mémoire de Sir William Wallace, the National Wallace Monument. Dans le film « Braveheart », le beau Mel Gibson incarne ce chevalier héroïque écossais. Il est d’ailleurs à noter que les Murray se sont illustrés aux côtés de William Wallace lors de la bataille de Stirling Bridge en 1297.

Auld Bridge et Wallace Monument, Stirling, Ecosse
Crédits photo: Visit Scotland

Avouez que c’est un pur bonheur de marcher sur les traces de la dernière armée d’Europe tout en découvrant quantité de lieux fascinants de la région du Perthshire en Ecosse.

Cet article a été écrit par

Hervé ROUXEL

Conseiller Voyages Alainn Tours & Collaborateur
Spécialiste Circuits Individuels Sur Mesure, Ecosse et Pays de Galles

Laissez un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Laissez une ligne vide ("Sautez une ligne") pour créer un paragraphe.

Pourquoi choisir Alainn Tours pour voyager dans les Pays Celtes ?

Partagez cette page!